FR | AR

Vascularites & inflammations des vaisseaux

VASCULARITES & INFLAMMATIONS DES VAISSEAUX

QUE SONT LES VASCULARITES SYSTEMIQUES ?

On désigne sous le terme de vascularites systémiques un groupe de maladies caractérisées par une atteinte des vaisseaux sanguins. Les parois de ces vaisseaux sanguins sont le signe d’une inflammation se traduisant par un rétrécissement ou une obstruction de ces vaisseaux, gênant alors le passage du sang vers les différents organes. Ces vascularites sont classées selon la taille des vaisseaux sanguins concernés par cette inflammation. On entend par vaisseaux sanguins de gros calibre, l’aorte et ses principales branches de division. Les vaisseaux sanguins de moyen calibre sont les principales artères amenant le sang aux organes, ainsi que leurs branches de division. Les vaisseaux sanguins de petit calibre regroupent les plus petits vaisseaux appelés artérioles, capillaires et veinules :

  • Maladie d’Horton
  • Maladie de Takayashu
  • Maladie de Buerger
  • Autres

 

COMBIEN DE PERSONNES EN SONT ATTEINTES ET QUI PEUT ETRE ATTEINT ?

La prévalence des vascularites (nombre de personnes atteintes de la maladie dans une population donnée) et le profil des patients atteints par ces maladies sont variables selon le type de vascularite.

Par exemple, la vascularite à immunoglobulines A (anciennement appelée purpura rhumatoïde) est une maladie essentiellement pédiatrique survenant avant l’âge de 15 ans, avec une prévalence d’environ 1 cas pour 5 000 enfants, tandis que l’artérite à cellules géantes (ou maladie de Horton) est une maladie touchant les sujets de plus de 60 ans avec une prévalence d’environ 1 cas pour 11 000 adultes.

 

A QUOI SONT-ELLES DUES ?

Les causes des vascularites ne sont pas connues, à l’exception de rares cas où elles sont provoquées par des infections chroniques, comme le virus de l’hépatite C. Les mécanismes expliquant la survenue de ces maladies sont complexes et impliquent de nombreux dysfonctionnements du système immunitaire. Un rôle combiné d’un terrain génétique particulier (sans qu’il s’agisse pour autant de maladies génétiques), de facteurs de l’environnement (comme des expositions particulières à des toxiques), et de dysfonctionnements du système immunitaire sont fortement suspectés.

 

SONT-ELLES CONTAGIEUSES ?

Les vascularites ne sont pas des maladies contagieuses. Il existe en revanche de rares formes de vascularites associées à des infections virales ou bactériennes, qui justifient alors des mesures particulières selon le type d’infection en cause.

 

MES ENFANTS PEUVENT-ILS L’AVOIR ?

Les vascularites ne sont pas des maladies génétiques transmises des parents aux enfants. Même si le terrain génétique des patients, c’est-à-dire l’ensemble des gènes hérités des différents parents, peut jouer un rôle favorisant pour développer une vascularite, il n’est pas suffisant à lui tout seul pour déclencher une vascularite. Cela est démontré par le fait que les formes familiales de vascularite sont exceptionnelles.

 

QUELLES SONT LES MANIFESTATIONS CLINIQUES ?

Les vascularites peuvent toucher de nombreux organes, expliquant pourquoi elles sont considérées comme des maladies systémiques.

Les vascularites se présentent habituellement au début par des symptômes généraux (fièvre, amaigrissement, fatigue, perte d’appétit), et parfois des douleurs musculaires et/ou des articulations. Ensuite, d’autres manifestations plus spécifiques des vascularites peuvent apparaître, en fonction des organes concernés par l’inflammation de la paroi des vaisseaux sanguins. Le nombre de manifestations cliniques chez les patients est très variable d’un patient à un autre.

La maladie de Horton ou artérite temporale

Elle se caractérise par une inflammation de l’aorte et des ses branches en particulier de l’artère carotide externe et de l’artère temporale qui peut aboutir à l’occlusion des artères atteintes. Le facteur âge est important.

On trouve principalement les symptômes de la maladie chez les personnes âgées de plus de 50 ans dont un grand nombre après 80 ans.

Les symptômes de la maladie de Horton sont :

  • Céphalées dues à l’inflammation des artères ;
  • Faiblesse ou absence de pouls au niveau des tempes ;
  • Troubles de la vision avec au maximum une cécité ;
  • Fatigue, asthénie, amaigrissement, fièvre due à l’inflammation ;
  • Douleurs lors de la mastication, claudication de la mâchoire, hypersensibilité du cuir chevelu.

Ces symptômes sont associés à une augmentation des protéines de l’inflammation dans le sang.
Il est important de consulter dès l’apparition de ces symptômes, en particulier chez un sujet âgé.

Le diagnostic est confirmé par une biopsie de l’artère temporale qui peut cependant être négative, ce qui n’exclut pas le diagnostic pour autant s’il existe une forte suspicion sur les symptômes.

Les corticoïdes sont le traitement de la maladie de Horton.
N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour toute information sur les symptômes et les traitements de la maladie de Horton.

 

La maladie de Takayasu

C’est une inflammation des parois artérielles qui touche essentiellement l’aorte et ses branches.

La maladie de Takayasu touche principalement les femmes jeunes avant 40 ans. Ce trouble est néanmoins très rare, avec une prédominance dans les populations asiatiques et les causes encore méconnues.
Les symptômes de la maladie de Takayasu sont consécutifs à la réduction du flux sanguins circulant dans les artères atteintes. La maladie de Takayasu évolue par poussées.

Les premiers symptômes ne permettent pas toujours de mettre en évidence la maladie. Il peut s’agir de fièvres, de sueurs nocturnes, de douleurs au niveau des articulations et des muscles ainsi qu’une perte de poids.

D’autres symptômes de la maladie, conséquence directe de l’inflammation des artères, sont plus évocateurs :

  • Pouls faible ou absent au niveau brachial ;
  • Fatigabilité d’un bras à l’effort à type de crampe, disparaissant à l’arrêt de l’effort (claudication vasculaire d’une extrémité) ;
  • Différence de pression artérielle supérieure à 10 mm de mercure entre les 2 bras ;
  • Souffle sur un trajet vasculaire (artère sous-clavière, aorte).

Le diagnostic de la maladie de Takayasu est également évoqué par l’examen des artères soit par artériographie, scanner, échographie Doppler.

Le traitement de la maladie s’appuie essentiellement sur la prise de corticoïdes.

N’hésitez pas à nous consulter pour plus de renseignements sur les traitements de la maladie de Takayasu.

 

Phénomène de Raynaud

Le phénomène de Raynaud est caractérisé par la survenue d’une modification de couleur non permanente, survenant par crises, lors de l’exposition au froid.

Les doigts, les orteils, parfois le nez et les oreilles deviennent blancs et insensibles pendant une durée variant de quelques secondes à plusieurs minutes, voire plusieurs heures. Puis la zone devient rouge et souvent douloureuse (à type de brûlures). Ceci traduit l’existence d’un arrêt de la circulation sanguine en raison d’un spasme au niveau des petits vaisseaux.

La conduite à tenir est centrée sur la recherche de l’étiologie du phénomène de Raynaud :

  • dans plus de 80% des cas, primitif sans pathologie sous-jacente, ancien, souvent chez une femme et qui ne se complique jamais de plaies au niveau des doigts ;
  • secondaire : sclérodermie, médicaments, causes professionnelles, hyperviscosité du sang…

Le bilan minimum comporte une capillaroscopie (observation des capillaires de la base de l’ongle sous un microscope) et une recherche d’anticorps antinucléaires.

 

Maladie de Buerger

La maladie de Buerger est une maladie rare également appelée thromboangéite oblitérante. Elle touche principalement les hommes fumeurs et débute souvent avant 40 ans. Il existe une inflammation des veines et des artères de petit ou de moyen diamètre des jambes et/ou des bras qui peuvent finir par se boucher.

Les signes de la maladie de Buerger peuvent être des douleurs de la plante des pied ou des mollets à la marche avec des fourmillements, un engourdissement et/ou des épisodes de doigts blancs (phénomène de Raynaud) et/ou des caillots dans les veines de la peau formant un nodule rouge et chaud (phlébite superficielle). Il peut y avoir apparition d’ulcères aux extrémités (doigts et orteils) voire de nécrose (orteils violets puis noirs). La maladie peut évoluer par poussées.

Les causes de la maladie de Buerger et de l’occlusion des vaisseaux sanguins n’ont pour l’instant pas été identifiées et seul l’arrêt du tabac permet de stabiliser la maladie. Des traitements symptomatiques peuvent être utiles au moment des poussées.

Contactez-nous pour plus d’informations sur les symptômes et les traitements de la maladie de Buerger.